Programme gorilles au Gabon : exploration d'une nouvelle clairière

Retour au Gabon pour Max Hurdebourcq, responsable du programme de conservation "Les Gorilles de Bambidie", qui a réalisé entre janvier et avril 2013 une nouvelle mission de terrain organisée autour de 3 principaux objectifs :

- suivi des gorilles dans la grande clairière de Bambidie,
- recherche de nouvelles clairières,
- poursuite du programme de sensibilisation dans les écoles de la concession.


La physionomie de la grande clairière de Bambidie a malheureusement été complètement bouleversée par une inondation brutale qui a détruit les deux tiers des marécages affectionnés par les gorilles. Cette clairière concentrait l'essentiel des observations effectuées par M. Hurdebourcq depuis 2008. D'importantes coulées de bouée ont dégradé la zone, ce qui a entraîné une baisse de sa fréquentation par la faune sauvage : en 2013, sur 32 jours de présence en bordure de la clairière, à peine une douzaine de contacts visuels avec des gorilles ont été enregistrés. En 2011 à la même période, les observations étaient quasi quotidiennes. Cette année, seuls 2 groupes (l'un composé de 13 individus et suivi depuis 2011, l'autre composé de 6 individus) ont pu être observés, contre 4 en 2011.

Une nouvelle exploration a été réalisée du côté de Milolé, une région située au nord-ouest de la concession et où l'exploitation du bois s'est arrêtée il y a un peu plus d'un an, conformément au système de "rotation" mis en place par la concession qui ouvre puis ferme les zones d'exploitation afin de permettre à la forêt de se régénérer. L'endroit est particulièrement intéressant car situé en bordure du parc national de l'Ivindo mais son accessibilité est en revanche limitée : depuis la base principale de Bambidie, 2h de piste puis 3h de marche sont nécessaires avant d'atteindre la zone d'étude.

M. Hurdebourcq a installé son camp de base à proximité d'une saline fréquentée par de nombreux animaux sauvages, en particulier des gorilles et des éléphants. Il a observé des groupes de gorilles en train de lécher ou de consommer la terre riche en sels minéraux à plusieurs reprises. Malheureusement la mission a dû être écourtée suite à la destruction du pont traversant la rivière et menant à la zone d'étude.

Un cadavre d'éléphant trouvé en forêt montre que le braconnage reste élevé dans la zone. Les défenses n'avaient pas eu le temps d'être remportées par les braconniers, elles ont donc été remises aux Eaux et Forêts Gabonaises.

Une nouvelle tournée pédagogique réparties en deux temps a été également organisée. Lors du premier passage dans les écoles, les instituteurs ont reçu une bande dessinée éducative élaborée par l'Institut Jane Goodall Gabon. Un support ludique permettant aux enfants de renforcer leurs connaissances sur les gorilles et les chimpanzés, de comprendre l'interdépendance des êtres vivants et celle l'importance de la forêt.

Quelques semaines après la distribution des bandes dessinées aux encadrants s'est déroulée une seconde tournée qui a permis de réaliser des séances de lecture commune avec les enfants et d'entreprendre des discussions à propos des grands singes et de la forêt. Un nouveau film montrant les gorilles de la concession a été diffusé et particulièrement apprécié ! Enfin, un concours de dessins sur le thème "dessine ton animal préféré" a été organisé. Les résultats (avec remise des prix aux gagnants) seront annoncés lors de la prochaine mission de sensibilisation qui devrait se dérouler à l'automne. Environ 500 élèves ont suivi ce nouveau programme d'éducation.

Une collaboration avec le Centre International de Recherches Médicales de Franceville est à l'étude afin d'évaluer l'état sanitaire des gorilles (de nombreuses malformations physiques continuent d'être observées par le responsable du programme) et de sensibiliser les villageois sur les risques liés à la consommation de la viande de grands singes. Un projet de jumelage entre une école de la concession et une école française est également étudié afin de permettre aux enfants de partager leur expériences.

Les pièges vidéos installés en forêt ont une nouvelle fois permis d'enregistrer des images rares, extrait :
 

Texte & photo : F.Perroux - Zoo de la Palmyre