La Palmyre poursuit son soutien au programme de conservation des gorilles de la rivière Cross

Avec moins de 300 individus dans la nature, le gorille de la rivière Cross (Gorilla gorilla dielhi) est aujourd'hui le grand singe le plus menacé d'Afrique. Son aire de répartition se situe au coeur d'une région montagneuse chevauchant la frontière entre le Nigeria et le Cameroun. Décimés par la chasse, les gorilles de la rivière Cross survivent aujourd'hui dans des zones très accidentées à l'accessibilité limitée. La construction de nouvelles routes et l'expansion des populations humaines qui entraîne une demande toujours plus élevée en terres agricoles et produits ligneux (y compris la viande de brousse) continuent toutefois d'être préjudiciables à l'espèce et nécessitent la mise en oeuvre constante de mesures de conservation.
 
WCS (Wildlife Conservation Society) oeuvre pour la protection de l'espèce au Cameroun et au Nigeria depuis presque 15 ans. Le Zoo de La Palmyre soutient son action sur place depuis 2009, en particulier au Nigeria, dans le sanctuaire des montagnes Mbe, qui fait office de corridor entre deux importantes aires protégées : le Sanctuaire d'Afi et le Parc National de la rivière Cross. Entre 2002 et 2005, WCS a entrepris un suivi des gorilles évoluant dans les montagnes Mbe. Puis en 2005, l'organisation a recruté une petite équipe d'éco-gardes chargée de collecter des données et de réaliser des patrouilles en forêt. 2006 voit la création de l'Association de Conservation des Montagne Mbe (CAMM), une association communautaire soutenue par WCS et la Commission des Forêts de l'Etat de la rivière Cross.
 
L'an dernier, 158 patrouilles anti-braconnage ont été effectuées, ce qui représente 830 jours de surveillance et 4772 km parcourus (contre 475 jours et 2494 km en 2012). Au cours de ces patrouilles, 127 collets ont été détruits et un camp de chasseur démantelé (contre 615 collets et 8 camps en 2012). Les patrouilles confirment donc leur efficacité en permettant de réduire notablement la pression de chasse sur la faune du sanctuaire des montagnes Mbe. Il est d'ailleurs intéressant de noter qu'elle est beaucoup plus élevée dans d'autres sites gérés par ou propriétés du gouvernement.

D'autres patrouilles de routine en forêt ont permis d'observer les gorilles à 22 reprises et de comptabiliser 80 nids. Les fonds alloués par le Zoo de La Palmyre en 2013 ont notamment permis d'acheter quatre motos utilisées par les éco-gardes lors de leurs patrouilles. En fin d'année, ces derniers ont par ailleurs suivi une formation leur permettant d'améliorer leurs techniques de patrouille et d'autodéfense.


 
L'approche communautaire en matière d'application de la loi fonctionne plutôt bien et semble fournir de meilleurs niveaux de protection de la faune que dans les sites adjacents gérés par l'Etat. Mais avec 9 villages et près de 12000 personnes vivant autour du sanctuaire, les pressions restent importantes aussi le travail de conservation doit-il se poursuivre.
 

Texte & photo : F.Perroux - Zoo de la Palmyre