Programme gorilles au Gabon : faire de l'éducation une priorité

La 7ème mission du Bambidie Gorilla Project (BGP) s'est achevée à la fin du mois d'août 2012. Les actions de conservation en faveur des gorilles évoluant dans la concession CEB-Precious Wood s'y poursuivent, malgré des conditions parfois difficiles sur le terrain. Elle s'est déroulée en trois temps : - le lancement d'une campagne d'éducation environnementale en partenariat avec l'Institut Jane Goodall Gabon, - la reprise des explorations afin de localiser de nouvelles clairières et de confirmer la présence régulière de gorilles sur certains sites, - la poursuite des observations des groupes de gorilles dans la grande clairière découverte en 2010 et désormais protégée.


Afin de renforcer leurs compétences et de développer un programme d'éducation environnementale à destination des villages de la concession, Max Hurdebourcq (Directeur du BGP) et Guy-Albert Moubamongoye (instituteur au village de Lélama), ont mis en place une nouvelle méthodologie d'éducation à l'environnement, grâce au soutien de l'Institut Jane Goodall Gabon qui dispose d'une vraie expertise dans la formation des enseignants et des animateurs. Guy-Albert, qui avait déjà utilisé la malle "Grands Singes" développée par le Muséum national d'Histoire naturelle lors d'une précédente campagne de sensibilisation, a ainsi pu compléter et mettre en pratique ses connaissances lors de 6 interventions organisées dans des villages de la concession.
Ces séances, réalisées à Lélama, Bambidie, Nzondé, Baposso, Ndambie et Ndékabalandji ont permis de sensibiliser plus de 420 villageois, dont 302 écoliers. Les intervenants ont abordé la conservation des gorilles en quatre étapes : - qui sont les grands singes ? (classification) - la vie sociale des gorilles - le rôle des gorilles (jardiniers de la forêt) - les gorilles, espèce protégée.

Le responsable Faune et Chasse de la concession CEB-Precious Wood a participé à plusieurs séances de sensibilisation afin d'informer les villageois sur le Code Forestier gabonais et notamment sur le statut légal des grands singes, espèces intégralement protégées par la loi. Ses interventions auprès des adultes ont été pertinentes, beaucoup d'entre eux n'ayant aucune connaissance de la règlementation en vigueur pour ces espèces. Le volet "chasse et réglementation gabonaise" devrait être développé lors de la prochaine campagne de sensibilisation. Deux survols de la concession à bord d'un petit avion Cesna ont permis de repérer quatre nouvelles clairières. Deux d'entre elles ont été explorées pendant plusieurs jours mais en l'absence d'Hydrocharis, plantes aquatiques particulièrement appréciées des gorilles, les indices de présence se sont révélés peu nombreux.

En revanche, l'exploration des environs de l'ancien camp CEB situé à Milolé a révélé un certain nombre d'indices (traces, crottes, restes de marantacées consommées) prouvant la présence de gorilles à cet endroit. Une autre mission d’exploration devrait être effectuée prochainement pour confirmer la fréquentation régulière de cette zone. Les observations depuis la plateforme suspendue installée en limite de la grande clairière ont été particulièrement difficiles cette année en raison de mauvaises conditions météorologiques. De fortes pluies ont en effet quasiment inondé la clairière, la rendant très difficile d'accès pour les gorilles. Max a donc constaté une importante chute de fréquentation par rapport à la même période en 2011 puisque sur 38 jours d'affût, seuls 9 contacts visuels avec des gorilles ont été comptabilisés. La bonne nouvelle est venue de l'observation d'un groupe d'une dizaine d'individus, déjà aperçu par Max lors de missions précédentes, et dans lequel il a pu recenser deux nouveau-nés ! Ces naissances récentes sont donc plus qu'encourageantes.

A l’initiative de Nicolas Dubard, responsable inventaire forestier de la CEB, la zone tampon autour de la grande clairière, appelée "Zone de Protection des Gorilles", a été matérialisée afin qu'elle soit clairement identifiable. Sur un layon d'environ 3 mètres de largeur, les arbres ont été marqués à la peinture rouge tous les 20 mètres. Des panneaux "chasse interdite" ont également été positionnés aux limites de cette zone tampon, le long de la piste principale.

Côté communication, Yves Laurent Goma, correspondant permanent de RFI à Libreville, a accompagné Max Hurdebourcq en forêt à la rencontre des gorilles. Son reportage, diffusé dans l'émission "C'est pas du vent" d'Anne-Cécile Bras, peut être écouté ici : http://www.rfi.fr/emission/20120729-2-gabon-gorilles-peuvent-ils-cohabiter-homme Deux pièges vidéo installés sur différents points de passage ont permis d'enregistrer de nouvelles images exceptionnelles de gorilles sauvages. Les voici en exclusivité :
 

 

La 8ème mission sur place vient tout juste de démarrer. Elle se concentre sur la poursuite du programme d'éducation à l'environnement dans l'ensemble des villages bordant la concession, ainsi que sur l'exploration des clairières identifiées lors de la mission précédente. Il est toutefois à noter que malgré les efforts menés sur place depuis la mise en place du programme de conservation, la chasse illégale continue de sévir dans la région. Un éléphant abattu par des braconniers a été découvert par l'équipe d'inventaire de la concession. Les chasseurs n'avaient pas eu le temps d'emporter les défenses de l'animal, se contentant de la queue et d'un bout de trompe. L'équipe de la CEB, accompagnée de Max, a réussi à extraire une défense mais la seconde, nécessitant un matériel plus adapté, a malheureusement été volée par les braconniers avant le retour de l'équipe.

Texte & photo : F.Perroux - Zoo de la Palmyre