Arrivée d’un nouveau mâle éléphant d’Asie

Intense émotion au zoo ! Nous l’attendions depuis plus de 3 ans, il est enfin arrivé : Gandhi, un éléphant d’Asie (Elephas maximus) de 12 ans, est désormais notre nouveau mâle reproducteur. Il prend la suite de notre regretté Shinto, décédé en mars 2015 à l’âge de 46 ans.
 
Le transfert de Gandhi en provenance du Zoo d’Heidelberg nous avait été recommandé il y a quelques mois par le coordinateur du Programme Européen d’Elevage pour cette espèce. Une équipe de La Palmyre s’était alors déplacée en Allemagne à la fin du mois d’août afin de faire la connaissance de Gandhi et d’observer son comportement, avant de finalement donner son aval pour organiser son transport jusqu’ici.

Ghandi est né en 2006 au Zoo de Copenhague au Danemark. En 2011, il a été envoyé au Zoo d’Heidelberg pour intégrer un groupe composé de trois jeunes autres mâles, dont il a pris le leadership en 2015 après le départ du mâle dominant. A l’approche de sa maturité sexuelle et compte tenu de son importance au niveau génétique, l’EEP a décidé de le transférer dans un troupeau de femelles.

Après une période d’acclimatation dans son nouveau bâtiment construit au cours de l’hiver dernier et doté d’équipements permettant l’entraînement médical des éléphants en toute sécurité, Ghandi sera mis en contact avec nos femelles Alix, Malicia et Ziha, respectivement âgées de 35, 34 et 12 ans. L’objectif étant évidemment de relancer la reproduction au sein de notre groupe, même s’il faudra s’armer de patience ! La gestation chez l’éléphant s’étale en effet sur près de 22 mois.


 
Difficile aujourd’hui d’évaluer précisément le nombre d’éléphants sauvages peuplant les forêts d’Asie en raison de la végétation dense et des terrains parfois escarpés dans lesquels ils évoluent. On les trouve encore dans une douzaine de pays de la région dont l’Inde (qui abrite la population la plus importante), le Sri Lanka, la Thaïlande, le triangle Cambodge/Laos/Vietnam, la Birmanie, l’Indonésie, la Malaisie.
 
Les grands territoires qui leur sont nécessaires pour trouver leur nourriture et satisfaire leurs besoins énergétiques se fragmentent et se rétrécissent dans toute leur aire de répartition, provoquant la multiplication des conflits avec les populations humaines dont ils consomment ou détruisent les cultures. Le braconnage pour l’ivoire de leurs défenses, pour leur peau ou leur viande constitue une autre menace importante. En outre, de plus en plus de voix s’élèvent pour condamner l’exploitation des éléphants par l’industrie touristique et le dressage violent dont ilsfont l’objet.
 
Les éléphants jouent pourtant un rôle essentiel dans la préservation des écosystèmes au sein desquels ils évoluent, en disséminant les graines que leur système digestif n’assimile pas et en créant des espaces dans la végétation qui permettent à de nouvelles plantes de croître et de nourrir d’autres animaux. La conservation à long terme des éléphants permet donc protéger de nombreuses autres espèces occupant les mêmes zones.
 
Le Zoo de La Palmyre participe à la préservation de l’éléphant d’Asie dans son milieu naturel en finançant l’ONG Hutan qui a mis en place un suivi de l’espèce dans la région de la Kinabatangan à Bornéo, où elle travaille aux côtés des agriculteurs locaux afin de les aider à se prémunir contre les dégâts occasionnés par les pachydermes et des autorités pour maintenir et créer des corridors forestiers permettant aux troupeaux de circuler.
 
L’espèce est classée en danger sur la Liste Rouge de l’UICN, il donc particulièrement important de parvenir à la conserver et à la reproduire en parc zoologique.

F. Perroux