Primates

479 espèces de primates sont aujourd'hui répertoriées dans le monde. Elles présentent une grande diversité, à la fois d'un point de vue morphologique et comportemental, mais aussi en terme d'habitat, d'organisation sociale, de régime alimentaire, de reproduction ou encore de communication. Le Zoo de La Palmyre présente une trentaine d'espèces différentes, du plus imposant (le gorille) au plus petit (le ouistiti pygmée), en passant par le plus facétieux (le capucin) ou l'un des plus rares (le cercopithèque Roloway).

Gorille (Afrique)


Sans doute le plus impressionnant des primates. Les mâles peuvent dépasser les 200 kilos. A la naissance en revanche, le petit pèse 100 fois moins : à peine 1,5 kilo !
On recense quatre sous-espèces dont la plus connue est sans doute le gorille de montagne, rendu célèbre par les recherches de Dian Fossey. Les parcs zoologiques hébergent des gorilles des plaines de l'Ouest. Extrêmement menacés dans leur milieu naturel, ils font l'objet d'un Programme d'Elevage Européen.
 

Tamarin bicolore (Brésil)


C'est l'un des primates les plus menacés du Bassin amazonien car il ne vit qu'aux alentours de Manaus, une ville en pleine expansion comptant plus d'un million et demi d'habitants.
Fait unique chez les primates, les femelles ouistitis et tamarins n'ont pas l'exclusivité de l'élevage des jeunes : ces derniers sont en effet portés par l'ensemble des membres du groupe, la mère ne les récupérant qu'au moment de la tétée.
 

Cercopithèque Roloway (Afrique)


En Côte d'Ivoire il ne survit plus que dans une seule forêt, mais il est impossible d'estimer ses effectifs car les observations directes sont rares. Sa survie est menacée par la chasse pour le commerce de viande de brousse et par la destruction de son habitat.
 

Orang-outan de Bornéo (Malaisie)


Les plantations de palmiers à huile remplacent peu à peu la forêt tropicale malaise. Ne descendant quasi jamais au sol, l'orang-outan dépend entièrement de la forêt pour s'alimenter (il consomme plus de 300 aliments différents !), élever ses jeunes et fabriquer les nids où il passe la nuit. La disparition de la forêt entraîne la fragmentation des populations et leur isolement génétique, très problématiques pour leur survie à long terme.
 

Lémur aux yeux turquoise (Madagascar)


Madagascar constitue une zone prioritaire en matière de conservation des primates. C'est en effet le 2ème pays présentant la plus grande diversité d'espèces après le Brésil et 100% des primates présents sur l'île rouge sont endémiques, c'est à dire qu'ils n'existent nulle part ailleurs. Le lémur aux yeux turquoise est classé parmi les 25 primates les plus menacés au monde. Le Programme d’Elevage Européen ne compte qu'une trentaine d'individus répartis dans 11 institutions. Seulement 9 naissances ont été enregistrées depuis 2000.