Retour sur les mises en contact entre mâle et femelle guépards

Courant septembre, plusieurs mises en contact successives ont été réalisées entre un jeune mâle guépard arrivé récemment au zoo et deux de nos femelles nées en 2012.
 
Des accouplements ont eu lieu à chaque fois, laissant espérer de futures gestations. Celles-ci restent toutefois à confirmer : aucun retour en chaleur n’a pour l’instant été observé mais de nouveaux contacts entre les mêmes individus seront réalisés courant novembre afin de s’en assurer de façon définitive.
 
Le Zoo de La Palmyre héberge des guépards de la sous-espèce Acinonyx jubatus soemmeringii dont l’aire de répartition s’étend de la Somalie au lac Tchad. Cette sous-espèce est particulièrement menacée par le braconnage pour le commerce illégal des espèces : les petits guépards sont en effet capturés dans la région avant de transiter par Djibouti en direction du Moyen-Orient où de riches particuliers les achètent et s’exhibent avec eux, en particulier sur les réseaux sociaux. Rappelons que les félins (à l’exception des chats domestiques) ne sont pas des animaux de compagnie et que leur place n’est pas sur un canapé à nos côtés. Et qu’il est de la responsabilité de chacun de ne pas relayer les images illustrant ces situations déplorables et de sensibiliser leurs auteurs aux conséquences néfastes que leur pratique entraîne sur les espèces sauvages.
 
Non contents d’être l’une des proies favorites des braconniers, les guépards sont également victimes de la compétition alimentaire avec les autres grands carnivores (lions, hyènes) et des conflits avec les éleveurs dont le bétail empiète de plus en plus sur leur territoire. Moins de 7000 individus subsistent à l’état sauvage.

Ci-dessous les images de mise en contact et d’accouplement.