Les mandrills déménagent !

Nos 17 mandrills (Mandrillus sphinx) viennent tout juste d’intégrer l’ancien enclos des coatis situé peu après la volière des colobes guéréza.
 
Compte tenu du nombre important d’animaux à déplacer, les 6 mâles ont été anesthésiés et transférés vers leur nouvel enclos quelques jours avant le groupe de 11 femelles.


Chaque individu a fait l’objet d’un examen général complet : pesée, contrôle des dents, vermifuge et prise de sang. L’équipe vétérinaire a également contrôlé les implants contraceptifs qui avaient été posés à plusieurs femelles.





Tout le groupe profite désormais d’un enclos extérieur plus spacieux. Suite à une recommandation du Programme d’Elevage Européen pour cette espèce, un nouveau mâle reproducteur devrait également arriver d’ici quelques semaines, l’objectif étant d’assurer un maximum de diversité génétique au sein de notre groupe.


Le mandrill est le plus imposant des primates après les grands singes. Mâle et femelle présentent un dimorphisme sexuel remarquable : les femelles ont un poids quasi 3 fois inférieur à celui des mâles qui possèdent une tête massive et de redoutables canines supérieures. Plus le rang hiérarchique des mâles est élevé, plus la coloration de leur nez et de leur croupe est intense.
 
Les mandrills évoluent dans les forêts tropicales d’Afrique de l’Ouest et sont omnivores. Ils se nourrissent de fruits, de feuilles, d’insectes, d’amphibiens, de lézards et de petits mammifères. L’unité sociale de base est composée d’un mâle adulte et de plusieurs femelles mais ces petits groupes peuvent temporairement se rassembler en bandes immenses qui comptent alors plusieurs centaines d’individus !
 
L’espèce est classée « Vulnérable » sur la Liste Rouge de l’UICN.
Elle est victime de la destruction de son habitat et du braconnage pour sa viande. Les mandrills sont aussi parfois tués lorsqu’ils s’attaquent aux cultures.
 
A suivre bientôt la vidéo du transfert et de la première sortie des mandrills dans leur nouvel enclos.

F. Perroux