Les chimpanzés enfin réunis !

Les grands singes sont des animaux complexes et fascinants. Les chimpanzés (Pan troglodytes), qui possèdent plus de 99% de gènes en commun avec l’homme, sont incontestablement les plus extravertis. L’introduction de nouveaux individus dans un groupe est un processus risqué chez cette espèce qui peut se montrer très agressive.

Dans la nature, les femelles chimpanzés quittent le groupe où elles sont nées à leur maturité sexuelle pour intégrer une autre communauté où les femelles résidentes ne voient généralement pas d’un très bon œil l’arrivée de nouvelles venues car elle induit une augmentation de la compétition alimentaire. Les mâles, de leur côté, bénéficient de nouvelles opportunités d’accouplement et interviennent donc régulièrement pour réguler les conflits entre les femelles résidentes et les femelles immigrantes.

Emma, arrivée du zoo d’Edimbourg début décembre 2015, a été la dernière intégrée au groupe composé alors d’Homer (12 ans, mâle), de Lily (28 ans, femelle), de Sanaga (3 ans, mâle) et de Bamia (12 ans, femelle).

Sa personnalité dominante a rendu son intégration plus délicate que celle des autres individus, notamment en raison de la jalousie de Bamia qui s’entend particulièrement bien avec Homer et a eu du mal à accepter une nouvelle femelle susceptible de perturber ou limiter sa relation privilégiée avec le mâle.

Les vidéos ci-dessous montrent les différentes associations d’individus auxquelles nous avons procédé et les réactions des chimpanzés face à ce changement. Certains comportements semblent violents mais ils font partie intégrante du système social des chimpanzés. Notre rôle pendant les introductions consiste à évaluer l’attitude de chaque individu et si le contact doit être prolongé ou interrompu. Il faut également être réactif en cas d’agression afin de pouvoir séparer rapidement les animaux.
L’ensemble du processus s’est étalé sur plusieurs jours et Emma est aujourd’hui parfaitement intégrée au groupe. Elle entretient même d’excellentes relations avec Bamia !

Nous espérons que des accouplements entre Homer et les femelles auront bientôt lieu et qu’ils déboucheront sur des naissances, le groupe ayant été formé dans cet objectif.

F. Perroux