Arrivée de 2 crocodiles du Nil

Après quasiment 10 ans d'absence, les crocodiles du Nil (Crocodylus niloticus) sont de retour au Zoo de La Palmyre ! Un mâle et une femelle en provenance du Zoo de Pont-Scorff ont en effet rejoint le vivarium du parc mercredi dernier et occupent désormais l'ancien bassin des caïmans à lunettes.
 
Les deux spécimens ont été transportés dans des caisses tubulaires qui ont été basculées au-dessus des vitres du bassin, l'étroitesse du couloir de service empêchant de décharger les animaux au niveau du sol.


 
L'espèce, originaire d'Afrique et de Madagascar, est l'une des plus imposantes du genre Crocodylus : les mâles peuvent dépasser les 4 mètres de longueur et peser jusqu'à 1 tonne !
 
Ce superprédateur, parfaitement adapté à l'eau, se nourrit de poissons, d'oiseaux et de mammifères terrestres tels que les zèbres, les buffles, les antilopes ou les gnous qu'il saisit à l'aide de ses mâchoires puissantes avant de les entraîner sous l'eau pour les noyer.

La femelle pond une soixantaine d'oeufs dans un trou généralement recouvert de sable et situé non loin d'une source d'eau permanente. Elle le défend férocement pendant les 3 mois d'incubation. Lorsque l'éclosion de produit, la femelle  dégage le sable des oeufs puis rassemble les nouveaux-nés dans sa bouche avant de les transporter jusqu'à l'eau, où ils resteront ensemble pendant plusieurs mois, protégés par leur mère.
 
Le crocodile du Nil n'est pas considéré en danger d'extinction même si sa dangerosité et les conflits qui l'opposent aux populations riveraines engendrent parfois la destruction de ses nids et son abattage. Bien que figurant à l'Annexe I de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction), ce qui signifie que son commerce est interdit, il a été rétrogradé à l'Annexe II dans plusieurs pays, autorisant ainsi un certain niveau de commercialisation, principalement sous la forme d'élevage pour sa peau.
 

Texte & photo : F.Perroux - Zoo de la Palmyre