Des nouvelles du sanctuaire de Tacugama en Sierra Leone

Depuis 2008, La Palmyre apporte son soutien financier au sanctuaire de Tacugama en Sierra Leone qui recueille et réhabilite des chimpanzés orphelins, tout en menant des actions de développement et de sensibilisation auprès des communautés locales.
 
Malgré la situation inquiétante de ces dernières semaines liée à la propagation du virus Ebola en Afrique de l'Ouest, et notamment en Sierra Leone, le sanctuaire poursuit ses activités avec enthousiasme et dévouement.

Ces derniers mois, l'utilisation de pièges photos s'est intensifiée dans différentes zones d'étude afin de collecter des données sur les chimpanzés sauvages vivant dans des habitats fortement perturbés par la présence humaine ou de déterminer la distribution et l'abondance des grands et moyens mammifères. A l'occasion de ces recherches, la végétation de certaines zones a également été cartographiée. Les données sont actuellement en course d'analyse.

Le sanctuaire développe également un nouveau projet d'importance : la mise en place d'élevages de volailles dans six communautés du district de Moyamba. En mettant à disposition des villageois ce nouveau moyen de subsistance, il espère diminuer la consommation de viande de brousse et ainsi protéger les chimpanzés sauvages et les autres espèces menacées de la région. Six poulaillers ont été construits en utilisant des matériaux locaux et les connaissances traditionnelles des communautés qui ont particulièrement bien accueilli cette initiative.


 
L'éducation, qui constitue un axe tout aussi prioritaire, s'articule souvent autour d'activités ludiques. Cette fois-ci des ballons de foot ont été distribués aux communautés limitrophes en échange de leur engagement à protéger l'environnement et à respecter les règles d'hygiène élémentaire. Des matches de foot entre communautés ont ensuite été organisés.
 
Une évaluation de la perception des messages de conservation dans plusieurs écoles localisées autour de la réserve a également été réalisée. Les enfants ont été invités à dessiner ce qu'il leur venait à l'esprit lorsqu'on mentionnait le mot "chimpanzé" puis un certain nombre de questions leur ont été posé. Les écoliers ont ensuite visionné un film sur les chimpanzés avant de produire un nouveau dessin et de répondre aux mêmes questions. Cette expérience devrait en principe permettre de montrer une évolution dans leur attitude vis à vis des chimpanzés et leur connaissance de l'animal obtenue grâce à la diffusion du film.

 
Quant au travail de réhabilitation des chimpanzés, il se poursuit sans relâche. En décembre 2013 une petite femelle prénommée Kortu a été récupérée auprès d'employés d'une plantation de palmiers à huile. Après une quarantaine stricte et des débuts quelque peu difficiles avec les jeunes chimpanzés de la nursery, Kortu s'est bien acclimatée à son nouveau lieu de résidence et a été "adoptée" par deux autres chimpanzés un peu plus âgés. Une autre femelle, Fina, née au sanctuaire en 2012, est tombée gravement malade en mars à la suite d'une méningite bactérienne. Elle a dû être séparée de sa mère afin de recevoir des antibiotiques. Son état est resté préoccupant pendant plusieurs semaines mais elle a fini par récupérer grâce au dévouement de sa soigneuse et a pu retrouver sa mère au bout de 2 mois et demi.

 
Nos pensées accompagnent les équipes du sanctuaire qui effectuent un travail remarquable au quotidien et pour lesquelles la situation reste préoccupante en raison de la menace Ebola.
 

Texte & photo : F.Perroux - Zoo de la Palmyre