Naissances de manchots du Cap

Depuis le début de l'année, le zoo a enregistré 3 naissances de manchots du Cap (Spheniscus demersus), portant le nombre d'individus dans la colonie à 59. Certains couples choisissent de nicher dans de petites excavations qu'ils aménagent au sol. Mâle et femelle se relaient auprès des oisillons pour leur apporter chaleur et protection. A la naissance, les petits présentent un duvet gris foncé. Le parc reproduit régulièrement cette espèce menacée dont il ne subsiste que 18000 couples à l'état sauvage en Afrique du Sud.

Depuis 2009, il soutient aussi financièrement la SANCCOB (Fondation Sud-africaine pour la Conservation des Oiseaux Côtiers) qui recueille dans les colonies sauvages les poussins amaigris, malades ou abandonnés par leurs parents (qui, à cause de la mue, ne partent plus s'alimenter en mer et se trouvent ainsi dans l'impossibilité de nourrir leurs jeunes) avant de les relâcher. 

En 2013, la SANCCOB a admis 800 bébés manchots, dont 500 uniquement pendant les mois de novembre et décembre qui marquent la fin de la saison de reproduction et l'entrée en mue des adultes. Une fois au centre de soin, les poussins sont nourris avec la bouillie de poisson et apprennent à nager. Le processus de réhabilitation prend entre 6 semaines et 3 mois, sa durée dépendant de la taille du poussin et de sa condition lors de son arrivée. Dès qu'ils atteignent un poids correct et qu'ils ont complété leur plumage, les jeunes manchots passent entre les mains du vétérinaire qui les juge aptes ou non à être relâché. Les études ont montré que l'élevage à la main n'entame en rien les compétences des manchots pour se déplacer en mer, ils parcourent en effet des distances aussi longues que leurs congénères élevés par leurs parents.

Texte & photo : F.Perroux - Zoo de la Palmyre